To « Like » or not to « Like »

Si tout ou une partie de votre business a un lien quelconque avec Internet, vous pouvez facilement qualifier les profils de vos clients. En effet, les chercheurs de l’Université de Cambridge ont publié une étude qui indique que les traits de personnalité de chacun peuvent être prédits à partir de l’observation de leur préférence (click  « Like ») sur le Facebook.

L’avantage de ce type d’étude est que les données de type « Like » sont facilement accessibles : chaque jour des millions des utilisateurs de Facebook expriment leur préférences sur des multiples sujets allant des produits de grande consommation jusqu’aux livres et films. J’imagine que toutes ces personnes ne soupçonnent même pas à quel point elles rendent publiques les détails de leur vie privée, car ces « Likes » peuvent révéler les informations comme l’orientation sexuelle, l’utilisation de drogues, les orientations religieuses,   etc.

Depuis des décennies les experts de marketing savent que les traits de personnalité se trouvent en corrélation avec le choix des produits, des loisirs, des styles de vie. Des divers types de segmentation du marché des consommateurs existent depuis bien longtemps : votre campagne marketing sera bien efficace si vous savez bien qui est votre consommateur et comment l’atteindre. Maintenant les consommateurs aident à les segmenter en appuyant le bouton « Like » de Facebook.

C’est pour explorer ce créneau, que l’équipe des chercheurs de l’Université de Cambridge sous la direction de Michal Kosinski et avec la participation de Microsoft Research a développé une Facebook app nommé  myPersonality. Ils ont sollicité les volontaires parmi les utilisateurs américains (4 millions déjà) et ont élaboré un modèle statistique.

L’analyse des « Likes » fournit les résultats assez impressionnants par leur précision. Les plus exacts sont les prédictions du sexe (homme/femme) – 93%  et de race (caucasien / afro-américain) – 95%. Avec moins de certitude, mais toujours assez précisément, les « Likes » permettent de définir l’homosexualité (88% pour les hommes, 75% pour les femmes), la religion (82%), l’adhésion à un parti politique, ainsi que la consommation de cigarettes (73%), d’alcool (70%) et des drogues (65%). Certaines correspondances sont assez intuitives, comme “Jésus” pour les chrétiens. Par contre, on ne trouve  rien d’intuitif  dans l’association entre « Like » des frites frisées et le niveau élevé de QI. Par ailleurs, si vous « Likez » l’émission « The Colbert Report », il y a des fortes chances que votre IQ est assez impressionnant. Le fait que le « Like » d’un utilisateur va plutôt vers « Secret Story », est un indicateur potentiel d’un niveau d’intelligence assez bas.

Les chercheurs de l’Université de Cambridge se disent ouverts à toute collaboration potentielle dans le domaine d’évaluation des traits de personnalité. Au cas où vous en auriez besoin.

Partages

Commentaires sont clôturés.